Le Kazakhstan, nouvelle destination rêvée pour l’écotourisme

25 avril 2019

L’entreprise nationale Kazakh Tourism et la Confédération helvétique ont signé en novembre 2018 un mémorandum de coopération où la Suisse s’est engagée à aider le Kazakhstan à développer un tourisme durable centré sur ses parcs nationaux et ses régions montagneuses.

Avec 12 parcs nationaux et une quinzaine de maisons d’hôtes nichées dans les endroits les plus préservés du pays (les « éco-sites »), le Kazakhstan fait de l’écotourisme sa priorité : les voyageurs en quête d’authenticité y découvriront une nature somptueuse, des traditions millénaires quasi intactes et un peuple particulièrement chaleureux et accueillant.

Canyon Charyn

Destination encore peu connue du grand public, le Kazakhstan est le 9e plus grand pays au monde. Huitante pourcents de sa superficie est couverte de steppes (d’immenses étendues d’herbe où les arbres ne poussent presque pas), mais le pays offre une grande variété de paysages : montagnes enneigées (dont un sommet à 7010m), canyons, déserts, lacs (le Kazakhstan est bordé par la plus grande mer fermée de la planète – la mer Caspienne), rivières et chutes d’eau. Des espaces exceptionnels largement préservés que les autorités kazakhes s’appliquent à protéger. L’Ecotourism information resource center (EIRC), fondé par la Kazakhstan Tourism Association en 2005, promeut un tourisme respectueux de l’environnement, des autochtones et des traditions culturelles locales.

Des éco-sites pour une expérience authentique en pleine nature

Colline de Kok Tobe – Sud est Almaty

L’EIRC recense 15 éco-sites, à proximité des 12 parcs nationaux du pays, où les touristes dorment chez l’habitant, dans des maisons traditionnelles aux charmes simples. Ces gîtes sont tenus par des hôtes locaux, ont tous fait l’objet d’une certification de qualité et respectent les principes d’un tourisme rural et écologique. En plus des nombreuses activités proposées comme le vélo, la marche, le rafting ou l’équitation, les voyageurs peuvent découvrir les traditions locales, comme la chasse à l’aigle ou le kokpar – un sport équestre ressemblant au polo – dans le canyon de Charyn au sud est du pays. Si des voyageurs helvètes étaient pris d’un soudain mal du pays, le parc national de Bourabay – surnommé « la Suisse kazakhe » – offrira de magnifiques paysages familiers, entre monts et lacs. Pour les plaisirs de montagnes, tels que le ski ou la grimpe, l’on pourra par exemple se rendre au parc de Katon-Karatay à l’est, qui abrite le Mont Béloukha (4’506m), l’un des plus fameux de la région de l’Altaï.

Un pays sûr et accueillant

Le Kazakhstan est un pays sûr, sans risque terroriste, où les touristes peuvent s’aventurer à sortir des sentiers battus. Le pays est également facile d’accès, ne demandant pas de visa aux voyageurs suisses et ne nécessitant pas non plus de vaccins spécifiques. Les langues du Kazakhstan sont le kazakh et le russe, cette dernière étant la langue de communication inter ethnies. Autrement dit, il y a encore peu de panneaux d’information qui ne sont pas en cyrillique : il est donc conseillé de ne pas oublier son dictionnaire. Pour les moins polyglottes, il est aussi tout à fait possible de voyager à travers le Kazakhstan avec un guide.

Plus de renseignements :

Office d’écotourisme du Kazakhstan : www.eco-tourism.kz

 

Recommandé pour vous