Voyages et découvertes !

8 août 2019

Les nouvelles technologies ont aboli les distances ; elles ont rendu notre planète plus « petite »et plus accueillante. Tant dans l’espace virtuel de l’Internet que dans l’espace aérien réel, on survole avec aisance frontières, pays et continents entiers. Les offres à  prix imbattables abondent ; les avions des compagnies « low cost » sillonnent le ciel à toute heure et transportent des passagers jusqu’à chaque point du globe. Le dépaysement, que ce soit pour un weekend ou un mois, est aujourd’hui une chose courante.

Les déplacements, même à longue distance, sont devenus faciles et fréquents pour un nombre croissant de personnes. Les destinations les plus coûteuses d’hier sont aujourd’hui ouvertes à des touristes de toute catégorie sociale et aux voyageurs lambda. Très à l’aise avec les nouvelles technologies et des différentes facilitations qu’elles proposent (y compris le package en ligne qui permet, en quelques clics, d’acheter le billet et d’en recevoir la confirmation chez soi), les jeunes sont dans les premières lignes de cette ruée générale vers de nouveaux horizons et vers de nouveaux espaces.

« Les voyages forment la jeunesse » et ce n’est pas notre époque de grandes avancées technologiques qui va démentir cet excellent proverbe ! Bénéficiaires des incroyables opportunités que procurent ces avancées, les jeunes du troisième millénaire se forment dans un esprit d’ouverture et de valorisation de la diversité.

D’ailleurs, même pour les moins jeunes, le voyage a cessé d’avoir comme seul et ultime but le farniente ou la plaisance, les longues heures passées à la plage ou les divertissements sur fond de décor exotique. S’envoler vers d’autres horizons, c’est aussi vouloir connaître l’altérité, c’est visiter l’autre dans son milieu typique, avec son mode de vie, culture, coutumes, traditions. C’est aussi, parfois, se confronter à des injustices et, en particulier, à des inégalités qui bouleversent et qui font relativiser les difficultés et les inconvénients que l’on rencontrerait chez soi, dans son pays et sa culture …

De plus en plus nombreux sont ceux qui s’informent préalablement de la destination qu’ils ont choisie : là encore, Internet est d’une aide précieuse avec tout ce qu’il propose comme renseignements d’ordre culturel, historique, socio- politique et économique sur les différents pays. D’autre part, la tendance des touristes et des voyageurs d’aujourd’hui à recueillir une information initiale sur les contrées à visiter fait le succès de toute une littérature « touristique » qui raconte des lieux intéressants et qui renseigne, conseille, recommande. Ces dernières années, on observe en effet un boom des guides, des récits de voyage, des brochures d’information touristique. Ainsi, avant de partir pour une nouvelle destination, nous menons bien volontiers et souvent avec un réel plaisir tout un travail d’auto- apprentissage et d’auto- éducation géographique, historique, culturelle, socio-politique. 

Ce côté informatif et auto- éducatif  nous amène tout naturellement à la question suivante : pourquoi ne pas intégrer les voyages (avec tout ce qu’ils supposent comme enquête préalable sur les lieux à visiter) dans le cursus scolaire officiel ? Pourquoi ne pas se servir de ce moyen à la fois attractif et efficace pour véhiculer une connaissance multidisciplinaire tout en accordant aux élèves la possibilité d’entrer en contact direct avec des monuments marquants du patrimoine culturel de l’humanité ?

Une telle approche aidera aussi les élèves à poursuivre leurs propres explorations et à réaliser leurs propres découvertes, ce qui, loin de faire d’eux les réceptacles d’une science infuse, les formera à son tour comme des personnes pensantes et créatives.

Les voyages éducatifs prépareront d’autre part les jeunes à ce monde de mixité et de diversité qui sera le monde des décennies futures.

 

Recommandé pour vous